23 novembre

Saint Clément 1er

Pape et Martyr

(+100)

 

Saint Clément était né à Rome. Riche, instruit, ardent à chercher la vérité, il trouva dans la religion chrétienne la satisfaction entière des exigences de sa raison et des aspirations de son âme. Non seulement il se fit chrétien, mais il seconda les Apôtres dans la prédication de l’Évangile; et saint Paul, dans son épître aux Philippiens, rappelant les travaux de Clément, assure que son nom est écrit au Livre de vie. Cet attachement de Clément aux Apôtres, ce zèle qu’il montra pour la foi, l’on fait appeler par les Pères homme apostolique.

 

 

23 novembre

 

24 novembre

André Dung-Lac et ses compagnons

Martyrs

(de 1840 à 1920)

André Dung-Lac était prêtre au Vietnam. Avec ses compagnons, il eut à souffrir le martyre. Parmi eux, 10 missionnaires français, 2 missionnaires espagnols, 96 Vietnamiens dont 37 prêtres et 59 laïcs, hommes et femmes. Ils furent tous canonisés en même temps par Jean Paul II le 19 juin 1988, lors d’un de ses voyages en Asie. L’Église au Vietnam fécondée par le sang des martyrs.

L’œuvre de l’évangélisation, entreprise dès le début, du 16ième siècle, puis établie dans les 2 premiers Vicariats Apostoliques du Nord (Dâng-Trong) en 1659, a connu au cours des siècles un admirable développement. À l’heure actuelle, les diocèses sont au nombre de 25 (10 au Nord, 6 au Centre et 9 au Sud). Les catholiques sont environ 6 millions (presque 10% de la population.) La hiérarchie catholique vietnamienne a été érigée par le pape Jean XXIII le 24 novembre 1960.

Ce résultat est dû aussi au fait que, dès les premières années de l’évangélisation, la semence de la foi a été mêlée sur la terre vietnamienne au sang abondamment versé des Martyrs, tant du clergé missionnaire que du clergé local et du peuple chrétien du Vietnam. Tous ont supporté ensemble les fatigues de l’œuvre apostolique et ont d’un même cœur affronté aussi la mort pour rendre témoignage à la vérité évangélique. L’histoire religieuse de l’Église du Vietnam enregistre qu’il y a eu en tout 53 décrets, signés par les Seigneurs Trinh et Nguyen et par les Empereurs qui, pendant 3 siècles (17ième, 18ième, 19ième siècles) : exactement 261 ans (1625-1886), ont promulgué contre les chrétiens des persécutions l’une plus violente que l’autre. On compte environ 130 000 victimes tombées un peu partout sur le territoire du Vietnam.

Au cours des siècles, ces Martyrs de la foi ont été ensevelis d’une manière anonyme, mais leur mémoire est restée toujours vivante dans l’esprit de la communauté catholique.

Dès le début du 20ième siècle, dans cette foule de héros, 117 personnes — dont les épreuves sont apparues les plus cruelles — ont été choisies et élevées aux honneurs des autels pr le Saint Siège en 4 séries de Béatifications :

En 1900, par le pape Léon XIII, 64 personnes en 1906, par le pape Saint Pie IX, 8 personnes en 1909, par le Pape Saint Pie X, 20 personnes en 1951, par le Pape Pie XII, 25 personnes.

Ces bienheureux peuvent être classés comme suit : 11 espagnols : tous de l’Ordre des Frères prêcheurs (Dominicains) : 6 évêques et 5 prêtres. 10 français : tous de la Société des Missions Étrangères de Paris : 2 évêques et 8 prêtres. 96 Vietnamiens : 37 prêtres (dont 11 dominicains), 59 laïcs (parmi eux 1 séminariste, 16 catéchistes, 10 du Tiers Ordre Dominicain et 1 femme).

« Tous ceux-là viennent de la grande épreuve : ils ont lavé leurs vêtements, il les ont purifiés dans le sang de l’Agneau » (Ap. 7, 13-14), et leur martyre a eu lieu aux différentes périodes :

2 ont subi le martyre au temps de Trinh-Doanh (1740-1767) 2 ont subi le martyre au temps de Trinh-Sam (1767-1782) 2 ont subi le martyre au temps de Canh-Trinh (1782-1802) 58 ont subi le martyre au temps de l’Empereur Minh-Mang (1820-1840) 3 ont subi le martyre au temps de l’Empereur Thieu-Tri (1840-1847) 50 ont subi le martyre au temps de l’empereur Tu-Duc (1847-1883).

Sur le lieu de supplice l’édit royal, placé à côté de chaque martyr, a précisé le mode de sentence.

 

 

 

André Dung-Lac et les martyrs vietnamiens

 

De Tertullien, théologien mort vers 225, l’Église a retenu une formule frappante : le sang des martyrs est une semence de chrétiens. Cette affirmation se vérifie dans l’implantation du catholicisme en de nombreux pays, notamment au Vietnam.

Si des missionnaires avaient commencé à visiter les royaumes indochinois au 15ième siècle, c’est l’arrivée des Jésuites, en 1627, qui marque le début d’un véritable travail d’évangélisation. Mais le christianisme apparaît comme une dangereuse importation étrangère aux yeux des dirigeants politiques. Jusqu’en 1886, plusieurs vagues de persécution s’abattront sur les chrétiens. Plusieurs martyrs sont demeurés anonymes, mais on connaît le nom d’au moins 117 d’entre eux. Béatifiés en quatre groupes différents, entre 1900 et 1951, ils ont été canonisés tous ensemble en 1988 par le bienheureux Jean Paul II. Parmi eux, on compte onze dominicains espagnols, dix membres des Missions étrangères de Paris et 96 Vietnamiens, pères et mères de famille, catéchètes, prêtres.

L’abbé André Dung-Lac, né vers 1795, est l’un de ces prêtres. Ordonné en 1823, il est emprisonné en 1835, puis relâché lorsque ses paroissiens achètent sa libération. Il change alors de région et de nom (de Dung à Lac; les deux noms ont été conservés dans les documents de canonisation).

Arrêté de nouveau en novembre 1839, avec un autre prêtre vietnamien, André et son compagnon sont décapités le 21 décembre 1839, après avoir été soumis à la torture.

André Dung-Lac et ses compagnons sont rappelés dans le calendrier liturgique catholique le 24 novembre, date de la béatification du premier groupe, en 1900, par le pape Léon XIII. Le descendant de l’un de ces martyrs est Mgr Vincent Nguyen, évêque auxiliaire à Toronto depuis 2010 et premier évêque d’origine asiatique au Canada.

 

Claude Auger.

 

Tiré de : Prions en Église, 24 novembre 2013, Le Christ, roi de l’univers, Édition dominicale, vol 77, no 46, page 34.